Léo Drouyn en Médoc (Volume 10)

45.00 

Volume 10 de la collection – Ouvrage collectif  de 224 pages, publié en 2003 – B. Larrieu, dir. & aut.

Catégorie : Étiquette :

Description de l’ouvrage

Léo Drouyn en Médoc

Volume 10 de la collection – Ouvrage collectif  de 224 pages, publié en 2003 – B. Larrieu, dir. & aut.

 Préfaces :

– Bernard Larrieu : Léo Drouyn et le Médoc

– Michelle Gaborit : Léo Drouyn et les édifices religieux du médoc

– Jean-Luc Harribey : Léo Drouyn à la découverte des châteaux du Médoc

– Jean-Bernard Marquette : Sur quelques plans de résidences médocaines au Moyen Âge

– Philippe Durand : Léo Drouyn et le château de Blanquefort

Textes et notices :

Sylvie Faravel, Michelle Gaborit, Stéphanie Larronde, Karelle Mention, Marie-Dominique Ribéreau-Gayon, Dany Barraud, Philippe Durand, Jean-Luc Harribey, Bernard Larrieu.

Table des matières (notices) :

– Canton de Blanquefort

– Canton de Saint-Médard-en-Jalles

– Canton de Mérignac

– Canton de Castelnau-de-Médoc

– Canton de Saint-Laurent-de-Médoc

– Canton de Pauillac

– Canton de Lesparre-Médoc

– Canton de Saint-Vivien-de-Médoc

Extrait de « Léo Drouyn et le Médoc » :

« Le médoc, une découverte relativement tardive.

La première venue de Léo Drouyn en Médoc semble se situer au mois de juillet 1845, avec des dessins du château de Blanquefort qui serviront à la réalisation d’une eau-forte publiée en 1846 dans son premier grand ouvrage, le choix des types les plus remarquables de l’architecture au Moyen Age dans le département de la Gironde. Puis, en 1846, ses travaux pour la Commission des Monuments historiques l’amènent à Lesparre et Gaillan. Cependant, s’il visite volontiers et assez tôt les communes médocaines de la ceinture bordelaise, sa véritable découverte du Médoc profond, si l’on se fie aux Notes archéologiques manuscrites et aux dessins des albums retrouvés, ne date que du printemps 1858… »  B.L.

« Les apports à la connaissance du patrimoine médocain.

Il faut mettre au premier plan la découverte par Drouyn, en 1861, sur les indications de son ami Gabriel Trapaud de Colombe, de ce qui est sans doute le plus remarquable site archéologique du département de la Gironde : celui de Brion, à Saint-Germain-d’Esteuil, qu’il identifie immédiatement et à juste titre comme le célèbre Noviomagus, alors que ce port gallo-romain était jusque-là communément identifié au site de Soulac… » B.L.

Informations Complémentaires

Poids1.410 kg
ISBN :

Format :

Année de publication :

Lettre d'information

Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information

Vous êtes maintenant inscrit !

Share This