Libourne, ville présidiale Christophe Blanquie

25.00 

Description de l’ouvrage

Un portrait du fonctionnement administratif et politique d’une petite ville de province, et des hommes qui la composent dans la France d’Ancien Régime.

Libourne, ville présidiale : en la dotant d’un présidial, Louis XIII hisse en 1639 Libourne dans la hiérarchie urbaine. Un remarquable exemple de ce que l’on appellerait aujourd’hui l’aménagement du territoire qui pose déjà les rapports complexes, à l’époque moderne, de la seconde ville de Guyenne avec la capitale régionale.

Auteur : Christophe Blanquie, historien des Institutions et spécialiste de l’histoire régionale

« Tel quel, le livre que voici se situe au confluent de l’histoire institutionnelle et de l’histoire urbaine. Il ambitionne de mettre les qualités de l’érudition locale au service d’une interrogation plus large sur le rôle des institutions dans la dynamique urbaine – une question qui rejoint l’actualité… »

Contenu du livre ; table des matières :

Préface de Christian Jouhaud, directeur d’études à l’E.H.E.S.S.

Introduction : Histoire locale, histoire totale

Première partie : Promotions – Libourne, 1624 – Juges et jurats – Compter les juges au travail ? – Crises : les juges et le pouvoir urbain

Deuxième partie : Bilans – Le prévôt des maréchaux de Libourne – Un bilan généalogique ? – Les officiers dans les circuits financiers libournais

Conclusion – Histoire et aménagement du territoire

Bibliographie

– – –

« Une histoire pour Libourne. C’est ici qu’il faut dire je. Ayant découvert, voici vingt ans, l’histoire de Libourne à l’occasion d’une thèse, je n’ai cessé de la pratiquer, ayant même la chance de collaborer à la Revue historique et archéologique du Libournais. Toujours liées à d’autres recherches, ces contributions n’ont jamais posé Libourne en objet historique, plusieurs prolongeant la biographie du chevalier de Thodias, gouverneur du duché de Fronsac à l’époque de la Fronde. La plupart, toutefois, accompagnent une étude plus générale sur les présidiaux et l’enquête sur les officiers moyens à laquelle je participe. Toutes portent sur la période moderne mais avec une attention plus particulière au premier XVIIe siècle, de Richelieu à Colbert. Cela empêchait de les réduire à de nouvelles Variétés libournaises mais peut-on se contenter de ce constat ? Tous les historiens connaissent le moment où une interrogation se transforme en projet et où le dossier appelle l’écriture. Celui-ci est survenu lorsque la préparation d’un autre article a inscrit les précédents dans une perspective commune…».

« Contrairement à la plupart de nos villes et de nos villages, Libourne ne sort pas de la nuit des temps. C’est une ville neuve, dont on connaît la date de naissance (1268-1270) et le parrain, Roger de Leyburn, lieutenant du roi d’Angleterre et duc de Guyenne. La fondation de Libourne répond incontestablement à des objectifs stratégiques, elle satisfait aussi une nécessité économique… ».

Ch. Blanquie.

Informations Complémentaires

Poids0.460 kg
Format :

ISBN :

Année de publication :

Lettre d'information

Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information

Vous êtes maintenant inscrit !

Share This