Les Vieilles églises de la Gironde

60.00 

Description de l’ouvrage

Les Editions de l’Entre-deux-Mers rééditent en partenariat avec les Editions Féret le célèbre ouvrage de Jean-Auguste Brutails, Les vieilles églises de la Gironde.

Jean-Auguste Brutails (1852-1926), longtemps conservateur des Archives départementales de la Gironde, auteur de nombreux manuels d’archéologie monumentale toujours réédités, est l’un des grands noms français de cette science.

L’ouvrage Les vieilles églises de la Gironde, publié en 1912, fait toujours autorité. Illustré de plusieurs centaines de photos et dessins, il est le modèle des études d’archéologie monumentale religieuse.

L’avant-propos à cette réédition en fac-similé est signé Philippe Araguas, professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Bordeaux III.

– – – – – –

L’ouvrage réédité en partenariat avec les Editions Feret, est l’un des grands classiques des études monumentales ; un ouvrage qui, par sa qualité, dépasse de loin le cadre régional. Le chartiste Jean-Auguste Brutails (1852-1926) qui fut longtemps conservateur des Archives départementales de la Gironde, était également un maître de l’archéologie monumentale. Comme le rappelle Philippe Araguas dans la préface à cette réédition, ses ouvrages généraux L’archéologie du Moyen-Age et ses méthodes, ou son célèbre Précis d’archéologie de Moyen-Age, ont été longtemps le bréviaire de tous les étudiants en histoire de l’art jusque dans les années 1970.

Les vieilles églises de la Gironde sont le texte d’une thèse que Brutails soutint en 1912, ayant accumulé une documentation gigantesque, tant en archives que sur le terrain, (ses) fonctions d’inspecteur des archives municipales (l’) ayant conduit dans les cinq cent cinquante quatre communes du département, (il a) mis ces tournées à profit pour former sur les églises une collection de notes, de croquis et de photographies (auxquelles) se sont ajoutées la recherche et l’analyse des documents.

Dès la première ligne, il rend hommage à Leo Drouyn, qui avait rêvé d’écrire une Guienne religieuse à l’instar de sa Guienne militaire. Cet ouvrage est donc en quelque sorte celui que Drouyn ne réalisa jamais, mais assis sur des principes méthodologiques nouveaux. Deux générations séparaient le génial autodidacte, inventeur des églises romanes de Gironde, de l’homme de science rigoureux et positiviste qui les étudia une à une pendant près de ving ans avant de publier son chef d’oeuvre. Ces deux hommes, différents à bien des égards, s’estimèrent et s’apprécièrent cependant beaucoup.

Brutails, qui utilisa beaucoup la photographie, mais dessinait également, savait mieux que quiconque l’examen minutieux auquel le dessin oblige : c’est, dit-il, l’une des supériorités du dessin sur la photographie. Mais le cliché archéologique dont il fut l’un des pionniers, notamment en Catalogne autour des années 1885, lui permit de se constituer une banque d’images digne de celle de Drouyn. Elle lui permit d’asseoir ses analyses sérielles thématiques, puis les perspectives générales, les synthèses, qui forment la seconde partie de l’ouvrage. La première partie est constituée, plus classiquement, de l’étude d’une soixantaine de monuments : 63 monographies des monuments religieux qui lui ont semblé les plus intéressants du département.

Les vieilles églises de la Gironde, chef d’oeuvre, très richement illustré, d’érudition et de méthode, est un ouvrage majeur, incontournable pour tous ceux qui s’intéressent aux monuments médiévaux girondins. Aujourd’hui introuvable dans sa version originale, cette réédition proposée par les Editions de l’Entre-deux-Mers le rend désormais, à nouveau, accessible, avec ses 365 dessins ou photos, dans le texte et hors texte. Cet ouvrage de plus de 300 pages est sans conteste la bible de tous les amoureux de l’architecture religieuse médiévale.

B.Larrieu

Informations Complémentaires

Poids1.640 kg
ISBN :

Format :

Année de publication :

Lettre d'information

Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information

Vous êtes maintenant inscrit !

Share This