Exposition « Une ruine, une prison, une fonderie.

Trois monuments pour la Nation »

Samedi 11 juillet

 .

> Visite du « Cimetière des oubliés » et des « cellules des enfermées » avec l’Association du Cimetière des Oubliés, Marc Favreau (conservateur en chef du patrimoine) et Olivier du Payrat (Administrateur du Château de Cadillac)

> Vernissage de l’exposition d’estampes sur les trois monuments nationaux de la Gironde

Mise en page 1

Télécharger l’invitation

 

  • Exposition jusqu’aux Journées du Patrimoine

En partenariat avec le Centre des monuments nationaux, le Château des ducs d’Epernon (Cadillac) et l’association Les Amis de Leo Drouyn.

10H00 : RV parking du château d’Epernon – (Attention ! Jour de marché).

Fête_à_Leo_Cadillac-CimetiéreVisite du « Cimetière des oubliés »

Château d’Epernon, dans la cour, à partir des dessins d’Herman van der Hem, évocation des transformations des bâtiments du château entre sa construction et aujourd’hui.

Visite des cellules des prisonnières

12H00 ENV. : vernissage de l’exposition « Une ruine, une prison, une fonderie – Trois monuments pour la Nation »

Dessins et estampes du XIXe siècle sur le château de Cadillac, l’abbaye de La Sauve et la tour Pey-Berland

Cocktail offert par le château d’Epernon.

Inauguration gratuite le 11 juillet

Exposition du 12 juillet aux Journées du patrimoine, comprise sans supplément dans le droit de visite du château

Information vernissage

Centre des Monuments nationauxCadillac_centre_monuments_nationaux

Château de Cadillac

Place de la Libération, 33 410 Cadillac

Tel : 05 56 62 69 58

Le château de Cadillac, l’abbaye de la Sauve et la tour Pey Berland sont aujourd’hui, avec la grotte de Pair-non-Pair, les monuments nationaux de la Gironde.

Au XIXe siècle, ils n’avaient pas ce statut. Le site de l’abbaye de la Sauve, ruinée, était occupé par un collège jésuite, le château de Cadillac était devenu un établissement pénitentiaire, et la tour Pey Berland ne fut rachetée par la cardinal Donnet qu’en 1851.

Leur qualité de « monument historique » leur était cependant reconnue, et ces trois monuments appartenaient à la première liste de classement des monuments historiques établie par la Commission départementale en 1841.

En un siècle où l’Histoire s’imposait comme enjeu de la construction nationale et où le monument historique devenait l’objet privilégié de la curiosité des premiers voyageurs, ces trois monuments furent, à des titres divers – point de vue pittoresque, étude érudite ou artistique, désir de promotion – l’objet de nombreuses représentations imagées.

C’est cette production d’estampes des années 1830-1870 que cette exposition donnera à voir, en situant ces images dans leur contexte historique de production.

Exposition du 11 juillet aux Journées du Patrimoine (mi-septembre).

Lettre d'information

Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information

Vous êtes maintenant inscrit !

Share This