Malagar

30.00 

Cette visite de Malagar, appuyée par de nombreuses photographies est une balade à la découverte des objets aimés qui incite à porter un autre regard sur le propriétaire de ces lieux.

Préfaces d’Anne-Marie Cocula-Vaillières, Jacques Monférier et Evelyne Block-Dano

Description de l’ouvrage

 Dans toutes les maisons de famille, les objets racontent des histoires.
Pourquoi se priver de préserver la mémoire de ces objets qui se conjugue intimement avec les habitants d’une demeure et révèle d’eux une part secrète ?

À Malagar, retracer cette chronique est comme un jeu de piste. Le service en opaline offert par Mathilde à la fiancée de son fils, le miroir acheté par Claire et Jean-Paul pendant leur voyage de noces, le bonnet de baptême de François, le cendrier rapporté d’Italie par Claude pour son père, le dessin de Pierre à son « bon-papa chéri »…

De pièce en pièce, un portrait, une lampe, et même une éraflure sur une toile cirée ou le grincement d’un volet nous sont déjà racontés. Dans les romans de François Mauriac.

Car cet écrivain rigoureux, grand intellectuel, journaliste engagé, catholique intransigeant, dont la figure peut paraître austère, avait une faiblesse. Sa « maison des champs ». Il aimait Malagar d’amour. Pendant soixante cinq ans, il y a accumulé des bibelots, des tableaux, des meubles, etc. hérités, achetés, transportés de son appartement parisien. Et François Mauriac, sensible à cette mémoire portée par les objets, les met en scène dans ses livres.

Cette visite de Malagar, appuyée par de nombreuses photographies, de la cuisine aux chambres en passant par le cabinet de travail, est une balade à la découverte des objets aimés qui incite à porter un autre regard sur le propriétaire des lieux.

 

Table des matières :

 

Préfaces d’Anne-Marie Cocula-Vaillières, Jacques Monférier et Evelyne Block-Dano

 

Maison muses, à peine imaginées

Demeures éphémères, éternelles

La cuisine, le lieu où se concentre la vie

La salle à Manger, l’ordre immuable

Le vestibule, une fenêtre vers la terrasse

Le saleon, l’acajou et le palissandre des générations

Le cabinet de travail, s’évader des siens

Les chambres, le cortège des morts

La cour et le parc, « c’est ici que la terre respire … »

La terrasse, grâce et querencia

Index des noms cités et des écrits de Mauriac

Bibliographie

Remerciements

Informations Complémentaires

Poids1.060 kg
Année de publication :

Format :

ISBN :

Lettre d'information

Inscrivez-vous gratuitement à notre lettre d'information

Vous êtes maintenant inscrit !

Share This