Circuits romans

Circuits romans Léo Drouyn
Léo Drouyn a parcouru en long et en large la Gironde, cherchant à en réaliser « la statistique monumentale », entreprise qui préfigure ce que Malraux créera ave les services de l’Inventaire des monuments historiques !

Les églises sont toujours le premier monument qu’il visite et analyse. Dans ce travail de terrain qu’il est le premier à accomplir de manière systématique, il réalise rapidement que la Gironde est une terre romane – où viennent se combiner les influences du roman saintongeais, périgourdin et languedocien.. Persuadé que presque chaque paroisse possède un sanctuaire qui remonte au moyen-âge, il se fait un devoir d’inventorier ce patrimoine, en note la permanence ou au contraire la destruction, qu’elle soit partielle ou totale ; il décrit minutieusement architecture et décor, note les parentés, les similitudes, dégage, de manière très pionnière, le rôle d’école qu’ont pu jouer les abbayes de Sainte-Croix, de La Sauve ou de Saint-Ferme, notamment grâce à leurs prieurés.

Toujours, il cherche à comprendre l’évolution, l’histoire architecturale de l’édifice, la date approximative de sa création, en s’appuyant sur des éléments stylistiques significatifs, sur les remaniements, les destructions, les reconstructions. En cela, il est le tout premier « archéologue du bâti » girondin.

S’il n’a pas publié une « Guienne religieuse » ou une « Gironde romane » – peut-être parce que trop souvent les édifices avaient été « restaurés » et dénaturés du fait de la politique du cardinal Donnet – ses Notes archéologiques manuscrites , ses monographies communales, ses notices dans les revues savantes ou les journaux esquissent ce qu’aurait pu être cet ouvrage dont il fit parfois le projet.

Pour toutes ces raisons, un « Circuit roman départemental Léo Drouyn » s’imposait. Avec l’aide du Comité Départemental du Tourisme (sur le site duquel on le retrouvera) et des différentes Communautés de communes et Pays, il voit enfin le jour dans le cadre de « La fête à Léo et au Patrimoine girondin ».

Certains monuments ont fait l’objet de sa part d’études particulièrement poussées. C’est le cas de la cathédrale de Bazas, haut-lieu de l’architecture et de l’art gothique, dont le portail est, en Gironde, l’un des chefs d’oeuvre.

Ces dépliants sont disponibles auprès des offices de tourisme concernés.

(cliquer sur la première image)

Share This